Et les marocaines??

Rachida Dati.

L’ancienne ministre de la dite justice française dans les parents sont marocains, mène un train de vie paisible à Paris, loin des préoccupations populaires dont elle est originaire. Quoi, origine? il faut faire gaffe car en France on n’a pas droit de suggérer ni de traiter les gens selon leur sexe, origine, religion, situation sociale etc. Tant mieux. D’ailleurs la carte d’identité des français(e)s ne mentionne ni leurs origines ni leurs professions . Et Rachida, maire du 7eme à Paris, est une citoyenne française. Elle peut assigner celui qu’elle prétend père de sa fille devant des tribunaux. c’est son plein droit . l’étalement de son affaire personnelle publiquement est un autre sujet médiatique.
Imaginez un instant, une figure publique de sexe féminin au Maroc, par exemple une ministre du gouvernement, une chef d’entreprise, une fonctionnaire de haut rang, ou une salariée, ou une citoyenne tout simplement, assigne un citoyen marocain ou autre pour « reconnaissance de parenté » pour son enfant!! La folie. le scandale. Beaucoup de monde tremblerait. Même les rangs des progressistes seraient bousculés. Quand aux institutions de l’état au Maroc et les intégristes, ils appelleraient à la peine suprême pratiquée au Maroc au nom de dieu et des valeurs de l’islam. Il semble que Rachida Dati est sous le coup de la loi pénale marocaine( voir demainline.com)

Heureusement pour Dati de droite, amie des milieux droitiers et réactionnaires au Maroc, qu’elle est française et ancienne ministre, donc personnalité française publique, si non, son sort serait entre les mains des oulémas marocains. Lapidation. Oh non, seulement la prison diraient les hautes autorités religieuses marocaines contrairement aux saoudiennes!

Que dirait-on des citoyennes marocaines qui n’ont même pas droit à l’avortement? Que dirait-on des citoyennes marocaines qui accouchent parce qu’elles sont, soit violées, soit n’ont pas droit aux moyens de la contraception. Aucun programme scolaire au Maroc ne contient l’éducation sexuelle. Contrairement à l’éducation civique, l’école au Maroc enseigne « l’éducation musulmane » et « l’Éducation Nationale », deux disciplines pour bourrage de crâne au long de toute une scolarité au nom des valeurs sacrées. La culture réactionnaire domine partout. Le service public de santé n’offre aucune mesure de sécurité pour accoucher sous X. Il n’existe aucun service social de Santé pour accompagner les femmes. La mono-parenté n’est même pas reconnue. elle est condamnée. Les femmes qui accouchent en dehors des mariages ne sont pas reconnus, leurs enfants aussi, elles sont mal traitées, violentées par toute la société marocaine. Les enfants nés en dehors du mariage ne sont pas accepté par l’imaginaire social réactionnaire dominant mais aussi de par les institutions et les administrations de l’état. Les femmes sont harcelées, insultées à longueur de journée au Maroc.

Quel est l’avis du corps enseignant marocain, si par exemple, on intègrerait à tous les échelons de l’Éducation Nationale au Maroc, l’éducation sexuelle pour éviter des drames quotidiens qui touchent la vie des milliers de filles et femmes chaque jour au Maroc et enfin pour éviter les viols et les suicides dont les filles et femmes marocaines sont victimes?? Ou alors le sujet fait partie intégrante des tabous qui pèsent lourd sur les épaules et personne ne souhaite le traiter pour éviter les mauvaises langues?

Moha Oukiz

Share this:
Press This
Twitter1

Cet article, publié dans badil tawri, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s