Liste non exhaustive des prisonniers politiques au Maroc

Casablanca : La page de solidarité avec eux sur Facebook : freemilitantscasa
1. Mouad Belghouat, Lhqed (l’indigné). Icône artistique du M20F, ce rappeur de 24 ans paie chèrement son engagement politique. Depuis une année, le pouvoir s’acharne contre ce jeune artiste. Emprisonné une première fois durant quatre mois suite à un simulacre de procès pour «coups et blessures», il sera de nouveau arrêté le 29 mars mais cette fois pour «atteinte à un corps constitué» et plus précisément la police. Un montage d’une vidéo anonyme sur une de ces chansons postées sur Youtube lui vaudra ce nouveau procès. Lhqed  a été condamné le 11 mai 2012 à un an de prison ferme et à une amende de 1 000 dirhams (90 euros). Le 27 juillet 2012, le tribunal d’Appel de Casa confirme le verdict de la Première instance. Site web : http://www.l7a9ed.com

2. Younes Belkhadim, Chaiîr (le poète). Il a été arrêté le 30 mars 2012 alors qu’il participait à un sit-in de soutien à Lhaqed. Le 18 mai dernier, Younes est condamné à 2 ans de prison ferme et 5000 DH (400 euros) d’amende pour «destruction de biens publics et insulte à des agents de l’autorité». En appel, sa peine est réduite à 8 mois de prison ferme et l’amende est doublée à 10 000 DH. Ce jeune poète a écrit plusieurs textes qui font parti des slogans du M20F.

Page de solidarité sur Facebook : http://www.facebook.com/pages/%D9%85%D9%86-%D8%A7%D8%AC%D9%84-%D8%A7%D8%B7%D9%84%D8%A7%D9%82-%D8%B3%D8%B1%D8%A7%D8%AD-%D9%8A%D9%88%D9%86%D8%B3-%D8%A8%D9%84%D8%AE%D8%AF%D9%8A%D9%85/200650560050989

 

3. Hassan Hainoussi. Condamné à huit mois de prison ferme.

4. Houcine Idrissi, Oussama Housni, Hamza Aitaoui : 3 mois de prison avec sursis et 1200 DH d’amende chacun. Ils ont été arrêtés lors d’un sit-in de solidarité avec les détenus politiques.

5. Abderrahman Al Assal, Samir Bradly, Tarek Rochdi: 10 mois de prison ferme

6. Youssef Oubla, Nour Essalam Kartachi : 8 mois de prison ferme

7. Leila Nassimi : 6 mois de prison avec sursis.

Liste des militant-e-s du M20F poursuivis en liberté provisoire

Maria Karim

Mamoun Karbi

 

Kenitra : Ces prisonniers sont tous des étudiants, membre de l’Union nationale des étudiants du Maroc. Ils ont été arrêtés suite à leur combat pour l’amélioration  la qualité de l’enseignement à l’Université et la levée de la militarisation de la cité universitaire. Ces détenus – à l’exception deux militantes- sont en détention provisoire depuis mars 2012 !

  1. Ismail al Ahmar
  2. Achraf Siranou
  3. Moughith Khaliki
  4. Brahim al Kalîi
  5. Mourad Hayout
  6. Oussama Bekkali
  7. Hatem Ourghi
  8. Mourad Hoauri
  9. AminaYakoubi (en liberté provisoire)
  10. Abdelkhlak Sehba
  11. Abderrazak Ajkou
  12. Khouloud (en liberté provisoire)
  13. Abdelrahim

 

Rif (les villes d’Imzouren et Bni Bouayach)

Les 20 prisonniers politiques de cette région historiquement rebelle purgent des peines entre 5 mois et 5 ans de prison ferme. Tous ces détenus sont membres du Mouvement du 20 février

  1. Adil Taibi
  2. Abdellah Affelah
  3. Abdelmajid Bouscout
  4. Abdeljalil Bouscout
  5. Ahmed Moussaoui
  6. Abdeladim Ben Bouchaib : 12 ans de prison ferme
  7. Mohamed Jelloul
  8. Ahmed Badri
  9. Belhaj Hassan Ben Mohamed

10. Said Agrouj Ben Mohamed

11. Nasser Hasnaoui

12. Najim Karchouhi

13. Najim Souhou

14. Ahmed Baâli

15. Mohamed Ahbad

16. Mohamed Bouziane

17. Halim Bakkali : membre du M20F. 4 ans de prison ferme

18. Chakir Yayhaoui : membre du M20F et de l’AMDH. 3 mois de prison ferme

19. Halim Taliî

20. Mustapha Bouhani : membre du M20F et du Forum des droits de l’homme du Nord. 2 ans de prison ferme et 100 000 Dh d’amende,

 

Tanger

Mohammed Sokrat. Blogueur : 2 ans de prison ferme (condamné pour possession et trafic de drogue)

Said Ziani. Membre du M20F : 3 mois de prison ferme  (condamné pour vente de cigarettes au détail)

 

Imider (région minière, exploitée par le groupe royal MANAGEM, où les habitants réclament une meilleure répartition des richesses de leur région)

Mustapha Ouchtoubane : 4 ans de prison ferme. Arrêté le 5 octobre 2011. Son crime : être un défenseur des droits humains et acteur politique important dans la lutte de son village, IMIDER, contre une compagnie minière qui épuise l’eau de la région, pollue les terres agricoles, exploite les habitants et utilise son pouvoir pour corrompre les autorités locales. Le 13/2/2012 confirmation en appel de la peine de 4 ans de prison (source : le blog Solidarité Maroc).

Le procès des «Cinq». Arrêtés le 12 juillet 2012 par la gendarmerie royale, cinq habitants de ce village ont été condamnés le 9 aout 2012 à 2 ans de prison ferme chacun suite à un procès fabriqué de toute pièce. L’objectif du pouvoir est de briser l’élan de cette lutte symbolique.

 

Chlihat : (région agricole où les paysans sont en conflits avec une multinationale espagnole)

  1. Mohamed Zbati : agriculteur, 2 ans de prison ferme
  2. Abderrahim Achtir : agriculteur, 2 ans de prison ferme
  3. Abdessalam Hambouch : 6 mois de prison ferme
  4. Nourreddine el Kaou Ben Jelloun : 6 mois de prison ferme
  5. Tarek Daoui : 6 mois de prison ferme.

 

Ifni : Les habitants soutenus par les membres du 20 février et de l’ANDCM revendiquaient des emplois décents et un accès aux ressources halieutiques de la région

 

  1. Abdellah El Hihi, 10 mois de prison ferme et 500 DH d’amende
  2. Zine El Abidine Erradi, 10 mois de prison ferme et 500 DH d’amende
  3. Youssef Rguini, 10 mois de prison ferme et 500 DH d’amende
  4. Mohamed Hamouda, 10 mois de prison ferme et 500 DH d’amende
  5. Hassan Boughaba, 8 mois de prison ferme et 500 DH d’amende
  6. Abdelmoula Hallab, 8 mois de prison ferme et 500 DH d’amende

 

En détention provisoire :

  1. Hassan Boulahdir
  2. Akida

 

En liberté provisoire :

  1. Brahim Bara
  2. Hassan Agherbi

 

 

Agadir : Des membres du Comité local pour la défense du droit au logement, tous poursuivis en liberté provisoire

  1. Youssef Houdi
  2. Hassan Nafaâ
  3. Latifa Saber
  4. Hassan Akram

 

Ouarzazate : Des mineurs de la mine de Bouazzar, exploitation du groupe royal MANAGEM, en lutte pour l’amélioration de leurs conditions de travail et pour le droit à la l’organisation syndicale

  1. Hicham Amermach
  2. Abdeaziz Al azhari
  3. Mohamed Chakir
  4. Mohamed Moujane
  5. Abderahmane Achlhi
  6. Said Ait Saleh
  7. Abdelaziz Amkraz
  8. Mbarek Amazigh
  9. Abderrahman Maâsoudi

10. Youssef Widar

11. Said Ait Caid

12. Lahcen Akhraz

13. Hassan Naciri

14. Mohamed Sakhi

15. Ibrahim Madi

Source: Attac maroc

 

 

 

 

Cet article a été publié dans badil tawri. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Liste non exhaustive des prisonniers politiques au Maroc

  1. Hamitouche dit :

    À bas L’oppression et les oppresseurs!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s