Austérité, privilèges et répression

Editorial.

Le parlement des béni-oui-oui s’apprête à valider le plan budgétaire 2013. Comme toujours ce dernier concentre deux objectifs : faire payer la crise aux classes populaires, maintenir et renforcer les privilèges des capitalistes et prédateurs. Ici comme ailleurs, le niveau de la dette et des déficits publics nécessiteraient des politiques d’austérité renforcées et généralisées. Pourtant faut-il rappeler que la réduction des impôts sur les grandes entreprises et hauts revenus a entrainé depuis 2007 un manque à gagner de 30 milliards ? Faut-il rappeler que le code actuel des investissements autorise le rapatriement des bénéfices nets des multinationales, ce qui équivaut à plusieurs milliards annuels ? Sans compter ceux dissimulés qui apparaissent comme des échanges comptables entre filiales d’un même groupe ? Faut-il rappeler que les accords de libre-échange ont laminé les taxes de douanes ? Faut-il rappeler les vagues d’exonération et d’amnistie fiscales qui touchent tant les entreprises publiques que privées et en particulier dans le foncier et l’immobilier ? Assurant une perte sèche de recettes de plus de 36 milliards!. Faut-il rappeler que plus de 220 milliards de dirhams ont été placés dans des banques étrangères par les prédateurs locaux pour la seule année 2011 ? Faut-il rappeler, ce qui n’apparait jamais dans les comptes, les sommes faramineuses extorquées sur le budget public par les voies royales de la corruption, du délit d’initiés, du maquillage des comptes ? Le déficit public n’est rien d’autre que le résultat de politiques décidées en haut lieu pour les intérêts d’une minorité qui sait que sa fortune repose sur le racket généralisé, la baisse continue du coût de travail et un système fiscal des plus injustes du monde

Et évidemment, car l’exception marocaine se mérite : dans notre beau pays, non seulement les possédants ont tous les droits et privilèges mais le plus grand d’entre eux, le plus affamé, le mercenaire de la prédation, celui qui représente dieu sur terre, le « pauvre » roi des petits pauvres, s’accordent pas moins de 2 milliards et 600 millions de dirhams. 234 millions d’euros donc. Fournis gratis. Comme une redevance que le peuple sujet doit payer. L’impôt du prince qui dépasse celui de tous les princes du monde. L’exception marocaine.

A eux la richesse et à nous la misère. A nous l’augmentation continue des prix, la hausse de la TVA, la privatisation à tout va, les maisons qui s’écroulent, les bidonvilles qui s’entassent, les transports qui tuent, les hôpitaux ou l’on ne soigne pas, l’école qui ne sera faite demain que pour les riches, les salaires de misère, le chômage pour seul horizon de vie, les millions de personnes sans retraites, des millions d’autres avec moins de 5dh par jour. Et il faudra payer encore pour qu’eux embellissent leurs palais et coffre-forts.

L’ordre du capitalisme de la prédation, ce n’est pas seulement l’austérité et la misère, c’est le règne de la matraque, de l’état policier car dans ce pays d’exception, on ne parle pas du budget royal, ni celui d’ailleurs de l’armée ou de celui qui est alloué aux rouages de l’état répressif. Quelques dizaines de militant-e-s du Mouvement marocain du 20 Février, leurs soutiens, des journalistes et des piétons se font tabasser à Rabat et à Marrakech en ce jour « d’indépendance ». Peut être seulement pour rappeler que notre pays doit être vendu aux multinationales et à la famille royale dans l’impunité la plus totale, en transgressant le droit de manifestation pacifique et d’avoir un point de vue contraire à celui de la monarchie divine.

Décidément, il n’y a qu’une seule solution à l’horizon : en finir avec le régime par une authentique révolution ! Le combat continue !

Pour une Alternative Révolutionnaire

Cet article a été publié dans actualité politiques et sociales, luttes sociales. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Austérité, privilèges et répression

  1. Ping : Qui doit-on « vivement critiquer  : la monarchie ou le PJD ? | «Badil Tawri

  2. Ping : Austérité, privilèges et répression « norhanekayane

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s