Egypte: Insurrection à Port Saïd et Parlement populaire à Mahalla

  Egypte: dimanche 3 mars, matin

Port Saïd (600 000 habitants) et Mansoura (500 000 habitants) sont pour

le moment l’épicentre de la révolution en Egypte.

Hier samedi à Mansoura, une vaste manifestation de funérailles pour un

jeune garçon de 14 ans renversé et tué par un véhicule de police s’est

transformée en une nouvelle journée d’émeutes (la 7ème d’affilée) contre

la police, déclenchant des manifestations de solidarité dans d’autres

villes d’Egypte notamment au Caire. Les Black Blocs ayant par ailleurs

déclaré qu’ils mettaient leur milice au service de la sécurité de la

population de Mansoura.

Hier également à Port Saïd, après la veille vendredi une manifestation

des écrivains égyptiens venus apporter leur soutien à la population de

Port Saïd, une des multiples manifestations des habitants de la ville a

été attaquée par un véhicule de police qui a renversé et blessé 4

manifestants. Aussitôt, une course poursuite entre manifestants et

policiers a eu lieu, ces derniers se réfugiant dans un commissariat de

police que la foule a aussitôt incendié, les policiers ne devant leur

salut qu’à l’intervention de l’armée.  Des bus de manifestants de

Damiette et Alexandrie sont alors arrivés pour s’associer à ceux de Port

Saïd.

Aujourd’hui dimanche 3 mars, les villes de Suez, Ismaïlia, Mahalla et

Port Saïd, pour le moins, devraient déclencher un mouvement de

désobéissance civile totale où il se pourrait bien que le début de prise

en main de l’administration civile par la population telle qu’on la vue

de manière embryonnaire à Port Saïd, comme auparavant déjà à Mahalla et

Kafr el Sheikh, prenne plus d’ampleur.

 

 

Egypte: Dimanche 3 mars, soir

 

A Mahalla el Kubra, dimanche les révolutionnaires qui boycottent tous

les prochaines législatives ont constitué dans le cadre de cette

campagne de boycott, un Parlement populaire qui sera ouvert à tous les

citoyens qui le veulent, qui tiendra ses promesse et qui fonctionnera en

même temps que le parlement officiel.

253 blessés dimanche 3 mars, officiellement, 625 officieusement, dans

les violents affrontements aujourd’hui à Port Saïd après que des proches

de 39 emprisonnés et condamnés pour le massacre du match de foot, qui

ont été déplacés ailleurs, ont attaqué au cocktail molotov le siège

central des forces de sécurité de la ville. Un commissariat brûle. La

police tire, « hystériquement » des lacrymos mais aussi à balle selon des

témoins tout à la fois sur les manifestants et sur… l’armée. Un

véhicule de policiers renverse des militaires et tire dans le ventre de

l’un d’entre eux. Un militaire tué. Des militaires ripostent et tirent

sur la police. En ce moment les affrontements armée-police continuent.

Les manifestants portent des militaires sur leurs épaules et les

acclament comme des héros. Des blessés chez les militaires que les

manifestants protègent ou emmènent à l’hôpital. Vidéo (pas claire – de

nuit – mais sonore) des affrontements policiers-militaires:

http://www.youtube.com/watch?v=lUlzphDM4oE

Entre temps, bras de fer en coulisse entre armée et Frères Musulmans,

des manifestants d’anciens militaires en retraite demandant le retour du

pouvoir à l’armée, pendant que le gouvernement fait courir la rumeur

qu’il pourrait bien limoger le général en poste au ministère de la défense.

A Luxor, les manifestants ont bloqué les voies ferrées pour le troisième

dimanche de suite comme d’autres manifestants l’ont fait aussi à Beni

Suef et Nagaa Hammadi. A Luxor encore, les propriétaires de petits

bazars vendant des souvenirs aux touristes ont bloqué l’accès aux sites

archéologiques pour exiger une diminution de leurs taxes.

Dimanche 3 mars, les Ultra Al Ahlawy du Caire ont bloqué les routes

allant du Caire à l’aéroport empêchant un certain temps l’envoyé du

gouvernement US John Kerry de retourner aux USA pendant que d’autres

Ultra Al Ahlawy au Caire bloquaient le siège de la banque centrale

Egyptienne, et que d’autres  manifestants encore au Caire s’affrontaient

aux forces de police qui tentaient d’évacuer la place Tahrir faisant

semble-t-il un mort alors que les Black Bloc attaquaient un car de

police blindé qui fonçait dans la foule et que d’autres toujours au

Caire enfin manifestaient la veille contre les complicité du

gouvernement US et des Frères Musulmans. A noter que dans ces

manifestations du Caire, des slogans qualifiaient les Frères Musulmans

de « sionistes ».

Au Caire toujours, les employés de la TV d’Etat à Maspéro qui demandent

des augmentations de salaire semblent bloquer (ou occupent) dans

l’immeuble de la TV par des forces de police

Les joueurs de foot du club d’Alexandrie sont entrés en grève

aujourd’hui pour non paiement des salaires.

A Ismaïlia les manifestants ont bloqué aujourd’hui routes et voies

ferrées et sont en train de se masser devant le siège du gouvernorat.

 

Samedi 2 mars:

 

 

Sixième jour d’affrontements violents à Mansoura ( 500 000 habitants) entre manifestants qui veulent la chute du régime et policiers. On compterait 4 morts et des centaines de blessés. La police tire des gaz lacrymos provoquant des convulsions dans les hôpitaux. Un véhicule de police a roulé volontairement sur la tête d’un manifestant, un autre tué à balle réelle. Affrontements également à Tanta (450 000 habitants)  et Mahalla (500 000 habitants) où les manifestants ont brûlé un magazin de nourriture appartenant aux Frères Musulmans.

On trouve sur le site italien http://www.infoaut.org/index.php/blog/conflitti-globali/item/7001-egitto-lautogestione-di-port-said-e-le-lotte-operaie  l’article ci-dessous qui fait état de la situation à Port Saïd, la « Commune de Paris égyptienne ». Il est difficile de savoir exactement d’ici quelle est la situation et son évolution mais ce qu’il y a de sûr, c’est que cette tendance à « s’autogérer » ne peut que s’amplifier dans la période qui vient en Egypte étant donné la situation dramatique dans laquelle se trouvent de plus en plus d’Egyptiens, le délabrement de l’Etat, la perte de confiance des gens dans ceux du dessus, dans toutes les formes institutionnelles, partis d’opposition compris, et la révolution qui continue de plus belle. Dans le cadre de cette révolution commencée en janvier 2011, après de nombreux épisodes et de perte de confiance successive dans l’armée, la démocratie représentative, les Frères Musulmans et les partis d’opposition laïque, cela fait maintenant quasiment depuis septembre 2012 que le pays est en effervescence totale continue et depuis la mi-novembre qu’il est en quasi-insurrection cherchant la voie d’une deuxième révolution.

 

Jacques

Cet article a été publié dans badil tawri. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s