Soutien à la révolution syrienne et condamnation de toute agression israélienne contre la Syrie

Publié par Alencontre le 11 – mai – 2013
Manifestation à Sarmada, dans la province d'Idlib, dans le nord de la Syrie, le vendredi 3 mai.  Un opposant au régime syrien brandit une pancarte où il est écrit:  «Si l'Amérique ne sait pas qui  a utilisé des armes chimiques, c’est peut-être qu’il s’agit de soucoupes volantes venues d'une autre planète».

Manifestation à Sarmada, dans la province d’Idlib, dans le nord de la Syrie, le vendredi 3 mai. Un opposant au régime syrien brandit une pancarte où il est écrit: «Si l’Amérique ne sait pas qui a utilisé des armes chimiques, c’est peut-être qu’il s’agit de soucoupes volantes venues d’une autre planète.»

Nous Syriens et Syriennes de Suisse, citoyens et citoyennes de conscience et organisations syriennes et suisses soutenant la révolution syrienne condamnons sans réserve les agressions de l’Etat sioniste en Syrie qui violent la souveraineté nationale du peuple syrien.
L’Etat sioniste, qui occupe encore le territoire syrien du Golan depuis 1948 et est coupable de crimes continus contre le Peuple palestinien et les peuples de la région, n’est en aucun cas l’ami du peuple syrien révolutionnaire dans sa lutte contre le régime criminel et mafieux des Assad.
Le régime des Assad n’a jamais servi comme une force de résistance, au contraire il a protégé l’Etat sioniste durant plus de 4 décennies. C’est le régime du dictateur Hafez el-Assad qui a écrasé les Palestiniens et les Palestiniennes et le mouvement progressiste au Liban en 1976, mettant un terme à leur révolution et à leur résistance contre l’Etat sioniste.
Durant ces quarante dernières années, le régime syrien a arrêté toutes celles et ceux qui tentaient de développer dans le pays une résistance effective pour la libération du Golan et de la Palestine.
Par ailleurs, à la suite du raid israélien du dimanche 5 mai 2013, le régime d’Assad n’a pas dirigé ses bombardements contre l’Etat sioniste, mais a bombardé des villes syriennes et notamment le camp de réfugiés palestiniens de Yarmouk assez près du centre de Damas.
La rhétorique «de résistance» du régime a seulement été utilisée pour mettre en place un régime tyrannique et répressif et priver le peuple syrien de toutes ses libertés sous le prétexte d’un danger extérieur.

«Nous n'allons pas perdre notre boussole. L'ennemi de notre ennemi ne deviendra pas notre ami.» Déclaration des Comités locaux de coordination.

«Nous n’allons pas perdre notre boussole. L’ennemi de notre ennemi ne deviendra pas notre ami.» Déclaration des Comités locaux de coordination.

Nous déclarons que la seule résistance véritable est celle issue du peuple syrien révolutionnaire. La victoire de la révolution syrienne et la chute du régime des Assad seront les premiers pas vers une libération du Golan occupé et de la Palestine historique.
Nous rappelons notre soutien total aux droits et à l’autodétermination du peuple palestinien, y compris le retour des réfugiés et à l’autodétermination sur le territoire de la Palestine historique.
Nous condamnons également toutes les tentatives du régime syrien de transformer la révolution syrienne en guerre confessionnelle, notamment par les derniers massacres commis dans la région de Banias [1] et du village de Bayda contre des civils non armés, dont des femmes et des enfants. Nous condamnons également et dénonçons le discours confessionnel tenu par certaines composantes minoritaires de l’opposition syrienne soutenues par les pays du Golfe. Notre révolution est pour la liberté et la dignité.
Nous réitérons finalement notre soutien complet à la révolution populaire syrienne et à l’instauration d’un Etat démocratique, social et civil basé sur la citoyenneté pour tous les Syriens et Syriennes, sans discrimination de religions, d’ethnies, de genre…
Vive la Révolution populaire syrienne et gloire à nos martyr·e·s
____
[1] Dès jeudi 2 mai, les forces «loyales» au président Bachar el-Assad ont bombardé plusieurs quartiers à majorité sunnite de Banias, avant que des milices proches du régime – les chabihas – ne pénètrent dans ces zones pour se livrer à des exécutions de masse. La dictature d’Assad parle d’«opérations de nettoyage de terroristes armés».

«Des terroristes armés» massacrés?

«Des terroristes armés» massacrés?

Cet article a été publié dans badil tawri. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s