Non aux bombardements impérialistes en Syrie! Soutien au peuple syrien en lutte pour ses droits sociaux et démocratiques! Bachar dégage !

PDF Imprimer Envoyer
La LCR-SAP s’oppose catégoriquement à toute intervention militaire impérialiste en Syrie, que ce soit dans le cadre de l’ONU ou à l’initiative des Etats-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne et d’autres Etats.

Le peuple syrien n’a pas besoin de plus de bombes, et encore moins d’une intervention militaire au sol. Ses représentants ont toujours rejeté l’idée d’une « opération militaire étrangère libératrice ».  Il ne souffre que trop de la guerre qui lui est livrée par l’armée du régime et les milices du Hezbollah, avec le soutien sans failles de l’Iran, de la Russie et de la Chine.

Le peuple syrien a besoin d’un soutien internationaliste aux revendications démocratiques et sociales légitimes pour lesquelles il s’est soulevé pacifiquement et en masse il y a plus de deux ans, et contre lesquelles le régime a déclenché une répression féroce, puis une guerre totale, qui se solde déjà par plus de cent mille morts.

Le peuple syrien a besoin que des armes soient livrées aux forces de la rébellion qui soutiennent ces revendications et luttent sur une base non-confessionnelle, afin de se défendre contre l’aviation, les missiles Scuds, les tanks et les armes chimiques avec lesquels le régime tente de se sauver. Il a besoin de médicaments et de vivres qui commencent à manquer gravement.

Les gouvernements impérialistes ont laissé Israël employer des armes chimiques (phosphore blanc) contre la population de Gaza, et le laissent étrangler le peuple palestinien. Ils ont inventé de toutes pièces un prétexte – les armes de destruction massive-  pour s’emparer de l’Irak au prix d’un massacre. Ils ont soutenu et soutiennent encore tous les dictateurs au pouvoir dans la région. En Syrie, cela fait plus de deux ans qu’ils laissent Bachar-al-Assad massacrer impunément son propre peuple.

Le massacre au gaz qui a fait le 21 août des centaines de victimes civiles dans la Ghouta, faubourg de Damas tenu par l’opposition, a plus que probablement été perpétré par les forces du régime d’Al-Assad. La LCR-SAP partage le sentiment d’horreur et l’indignation face à ce crime. Elle accuse les gouvernements impérialistes hypocrites de l’utiliser cyniquement comme prétexte pour un exercice de musculation qui vise uniquement la défense de leurs propres intérêts. Au risque de donner du crédit à la propagande du régime et de ses alliés, qui fait passer Al-Assad pour un « résistant anti-impérialiste », et de renforcer ce dernier.

Barak Obama et les autres dirigeants occidentaux prétendent lutter pour la démocratie. Mais un de leurs alliés le plus proche dans la région est l’Arabie Saoudite, qui a récemment écrasé le mouvement démocratique au Bahrein. En réalité, l’impérialisme oeuvre en faveur d’une solution « à la yéménite », préservant l’essentiel du régime et de son appareil sécuritaire, tout en détournant l’attention de sa politique d’austérité contre le monde du travail.

Le refus des bombardements impérialistes et le rappel des mensonges américains qui ont servi à justifier la guerre en Irak ne suffisent pas à tracer une orientation de gauche face au conflit en  Syrie.  C’est ce que montre la prise de position du Front National en France contre l’intervention, par exemple.

La LCR-SAP appelle la gauche à soutenir le peuple syrien contre ses ennemis directs – la dictature d’Al Assad et ses alliés – et indirects – l’impérialisme, qui ne vise que ses intérêts propres, ainsi que le Qatar et l’Arabie Saoudite qui, à la suite du régime, veulent détourner la révolution en guerre sectaire confessionnelle.

La lutte héroïque du peuple syrien, comme celle d’autres peuples, s’inscrit dans le cadre du processus révolutionnaire en cours dans le monde arabo-musulman. Elle est à la fois civile – ce qui est trop souvent occulté dans les médias – et, par nécessité de survie, militaire. Par-delà leurs rivalités, l’impérialisme, ses alliés, la dictature de Bachar et ceux qui le soutiennent ont un objectif commun : éteindre ce feu révolutionnaire allumé dans une zone stratégique.

La lutte des peuples contre l’injustice, l’inégalité et la dictature fait trembler tous les pouvoirs établis et menace les politiques néolibérales, dans la région et au-delà. C’est cette lutte, et pas un des « camps » gouvernementaux en présence, que la gauche doit soutenir de toutes ses forces. Si elle faillit à cette tâche, elle laissera le champ libre à la réaction intégriste. Le peuple syrien résiste à cette dynamique suicidaire, mais chaque jour qui passe rajoute une couche de violence et de haine qui augmente le risque.

Pour la victoire du peuple syrien dans sa révolution pour la liberté, la dignité et la justice sociale !

Bachar dégage ! Puissances étrangères, bas les pattes !

Cet article a été publié dans badil tawri. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s